Historique

Les premiers vols

Les premiers vols sur le site de Vannes sont enregistrés dans les années 1920.

Le champ d’aviation de Vannes est décrété d’utilité publique le 7 juillet 1926. L’aérodrome est alors officiellement né !

En mai 1928, l’aérodrome de Vannes accueille les célèbres aviateurs Costes et Le Brix avec leur Breguet 19.

Joseph Le Brix est né le 22 février 1899 à Baden. Il entre à l'Ecole Navale le 2 avril 1918 et est admis en 1924 à l'École des officiers de l'Aéronautique. Il obtient en 1925 le certificat de pilote de l'aviation maritime et est affecté à l'escadrille 58/2. Il obtient le grade de Lieutenant de Vaisseau en 1926.

En 1927, il effectue avec Dieudonné Costes un grand tour du monde, à bord d’un Breguet baptisé Nungesser et Coli en l’honneur des deux pilotes disparus début mai 1927 lors de leur traversée de l’Atlantique est-ouest à bord d’un Levasseur PL-8 baptisé Oiseau Blanc.

Les deux pilotes rejoignent Saint-Louis du Sénégal (4.400km en 26h30min) le 10 octobre 1927. Puis, le 14 octobre, ils effectuent la première traversée sans escale de l'Atlantique Sud entre Saint-Louis du Sénégal et Natal au Brésil. Ils continuent leur voyage en parcourant toute l'Amérique du Sud puis relient New York à San Francisco, où ils font embarquer leur appareil pour rejoindre Tokyo. De là ils regagnent Paris, où ils reçoivent un accueil triomphal, le 14 avril 1928. Ils effectuent un tour du monde en 187 jours, soit 57.410km en 43 étapes et 342 heures de vol.

En juin 1931, avec René Mesmin et le chef pilote Marcel Doret, Joseph Le Brix forme l'équipage du Dewoitine D.33 Trait d'Union. Ils tentent d’accrocher le record du vol en ligne droite, en reliant Paris à Tokyo. En survolant la Sibérie, le moteur givre, Le Brix et Mesmin sautent en parachute, Doret pose l'appareil dans les arbres : l'appareil est perdu, mais l'équipage est indemne. En septembre de la même année, le 11, ils décollent sur un second prototype. Le 12 au matin, alors qu'ils survolent l'Oural, la situation se répète : moteur calé, il faut évacuer. Cette fois, Doret saute le premier. On présume que Mesmin a un problème avec son parachute et que Le Brix ne veut pas abandonner son ami. Tous deux périssent dans le crash et l'incendie du Trait d'Union 2, le 12 septembre 1931 à Oufa.

 

Les années militaires

À cette époque, les terrains d’aviation étaient des sites d’entraînement et de formation des pilotes de l’Armée. Le terrain de Meucon est lui-même un aérodrome référencé par l’Armée.

En 1935, l’aéroclub du Morbihan s’implante à Vannes. A cette même date, les premiers travaux d’aménagement de l’aérodrome militaire de Meucon sont entrepris afin de l’ouvrir à la circulation aérienne générale.

En 1937, est fondée sur l’aérodrome de Vannes l’école élémentaire de pilotage n°27.

Un groupe de bombardiers allemands s’installe en 1940 sur le site et va développer la structure.

 

Après guerre

Après la guerre, l’aéroclub de Vannes reprends ses activités.
En 1947 est créé à Vannes le 6ème RPIMA. Ce bataillon de parachutistes effectue son entrainement dans le camp de Meucon et ne quittera la Bretagne qu’en 1954. C’est donc sur un terrain semi militaire que vont se développer les différentes activités civiles : brevet de pilotage, modélisme et planeurs.

L’aérogare actuelle sera inaugurée en février 1971 et la tour de contrôle est construite en 1974.

Entre 1976 et les années 1990, des lignes régulières et saisonnières se succèdent avec plus ou moins de succès.

La longueur de la piste est augmentée en 1993 et passe de 1190m à 1530m.

En 2008, le nouveau propriétaire de l’aérodrome, la Communauté d’Agglomération du Pays de Vannes, lance une étude de Schéma Directeur de l’Aéroport, afin de répondre le plus efficacement aux projets de développement d’activités des clients actuels et futurs.

Edeis

Réalisation : Agence Multimedia Otidea